mardi 5 mai 2020

Biographie d'une correction - Analyse de la phase d'éditing de #Tempêtes

Bonjour à tous!

On remet ça? Puisque ça intéresse toujours quelques uns d’entre-vous, je vais vous détailler mon travail sur les correction/éditing d'un roman. Donc, je vous ai laissé à la fin du précédent article avec votre roman parti en bêta-lecture et en lecture chez votre éditeur. Nous allons voir ici ce qui se passe une fois que vous avez obtenus des retours sur le roman, et comment, dans mon cas, je fais pour compiler l'ensemble. Mais d'abord, commençons par quelques chiffres.
Pour #Tempêtes, voici ce qui ressort: 


Temporalité: 
Envoi du manuscrit: 12 avril
Début des retours: 13 avril
Retour édito: 20 avril
Fin des retours fixés en fonction de la fin des corrections
Début des corrections: 21 avril
Fin des corrections: 3 mai


Lectorat: 
 Pour #Tempête, j'avais 27 bêtas lecteurs (je tiens une liste pour offrir le roman à sa sortie) et j'ai reçu 14 retours, soit un peu plus de 50%.
Il y avait 
- 21 lecteurs types
- 5 lecteurs correcteurs
- 1 lecteur spécifique

  • Les lecteurs types sont des lecteurs qui lisent pour le plaisir et dont je n'attends rien de plus que l'avis global de fin de lecture. Ce sont généralement des amis, de la famille, et des collègues profs de français ou d'autre chose. 
  • 8 retours sur 21 envois
  • Les lecteurs-correcteurs sont des bêtas-lecteurs/éditeur/agent, des personnes qui vont me faire un retour détaillé dans le corps de texte, avec des annotations, des remarques et des corrections intégrées. 
  • 5 retours sur 5 envois
  • Le lecteur spécifique n'est pas obligatoire; ça dépend des romans. Les Âmes avaient été relus par des historiens. Ici, mon relecteur spécifique était un pédopsychiatre.  
  • 1 retour sur 1 envoi





Les retours des lecteurs types me servent surtout à prendre la température du lectorat. Qu'est-ce qui n'est pas compris, qu'est-ce qui est chiant comme la mort, qu'est-ce qui est long/court/incompréhensible/super, etc... C'est un avis précieux qui me sert par exemple à anticiper l’accueil du roman au grand public. Par exemple, je sais déjà qu'il est probable que Tempête parle moins aux gens que les Âmes. So be it.

Les lecteurs correcteurs ont un rôle plus actifs dans mon retravail. Tous ou presque fournissent une versions annotée du roman, ou en tout cas, un version commentée selon les points qui ont posé problèmes. Chacun à sa spécialité ; c'est pour ça qu'ils sont si nombreux: celui qui édite et qui, du coup, a raison (Si. Et ceci n'est PAS de l'ironie), ceux qui fonctionnent au ressenti, les Grands Maîtres de l'Orthographe, les logiques, les pointilleux... ce sont des gens que je connais bien et avec qui je travaille -presque- systématiquement. Leur retour à eux va me servir pour le travail effectif détaillé ci-dessous.


Exemple de retour de lecture de ma relectrice principale, louée soit son nom. 


Le lecteur spécifique, c'est particulier. Son rôle est de confirmer/infirmer ma vision d'un aspect précis de l'histoire. Ici, c'était la psychologie profonde du narrateur, qui est disséquée pour l'occasion. Il a tout validé et a même trouvé ça inspirant, j'ai fait des bonds partout. Je le remercie du fond du cœur d'ailleurs. Ce retour précis sert surtout la véracité du récit, et aussi la confiance de l'auteur quand il devra défendre son bébé.

Une fois que j'ai reçu la version annotée de l'éditeur, je peux passer au corrections. Par contre, même si d'autres relecteurs ont fini avant, je ne commence jamais à corriger avant d'avoir reçu la version de l'éditeur. 

Imaginez que vous modifiez un truc et que l'éditeur ne voulait pas, c'est autant de travail inutile. Votre temps est précieux. Soyez ordonné, et correction bien ordonnée commence par l'éditeur.




En vrai, il m'arrive de dire non à une modif, hein. 
On verra ça plus loin. 




Premier passage de correction: la surface

Durée: Courte - 2 jours

Détail des corrections effectuées: Légères

La première phase s'effectue sur le document envoyé par l'éditeur qui, à partir de maintenant, sera le document de travail. Sur ce document, l'éditeur note des informations/corrections/modifications en commentaires. Je passe rapidement d'un commentaire au suivant, et je mets en note les commentaires qui me viennent et qui correspondent à la situation. Oui, non, discussion. Cela me permettra de lister de ce que j'ai à faire à l'étape 2. 

A ce stade, je ne modifie pas le texte, ou très peu, si j'ai une fulgurance. Sinon, je me contente de mettre mes commentaires. Je vous ai mis quelques photos d'illustrations, concernant mes échanges avec ma merveilleuse éditrice à moi que j'ai. 



90% de mes réponses


2% de mes réponses



7% de mes réponses



1% de mes réponses, mais ça reste mes préférées. <3 




Cette relecture sert à me replonger dans le texte, d'abord, me remettre dans l'ambiance et mes personnages, et aussi à avoir une vue d'ensemble du chantier. J'ai également en tête, à ce stade, ce que les lecteurs les plus précoces m'ont envoyé, et ça me permet de voir les convergences/divergences. Voici comment je réagis aux différentes situations:
  • en cas de convergences des lecteurs avec l'éditeur: ils ont raison, j'abdique. 
  • éditeur seul: éditeur a raison si je suis globalement d'accord, sinon on discute (un peu)
  • plusieurs lecteurs: lecteur a raison ou on discute (un peu)
  • lecteur seul: je tranche seule. 


Fin de cette étape et avant la suivante: Discussion et to-do list. 

A la fin de cette étape, je discute avec les lecteurs avec qui j'ai besoin de discuter, et surtout, je discute beaucoup avec mon éditeurice. C'est là que ce négocient les changements qui vont avoir lieux, l'orientation du texte, la subtilité des modifications et les morceaux à enlever/ajouter. 

Ces différentes discussions me permettent d'y voir clair dans tout ce que j'ai à faire, et à la suite de ces interactions, je me dresse une to-do list de travail que vous trouverez, pour Tempêtes, en photo ci-dessous. A ce stade, je suis prête à passer à l'étape 2



Ici n'apparaissent que les modifications que j'ai décidé de suivre! 
C'est mon pense bête de travail. je coche ce que j'ai fait au fur et à mesure. 




Second passage de correction: le gros-oeuvre

Durée: Longue - 8 jours


Détail des corrections effectuées: Lourdes

C'est la vraie grosse étape de correction. Je reprend le document de travail et je commence à insérer les modifications dans l'ordre, ajouter, enlever, corriger, tout ça en suivi de modifications pour que l'éditeurice puisse reprendre le travail par la suite, parce que rien ne dit que ce sera la seule vague de correction, ahah. Je coupe, je modifie, j'insère, je tâche de ne rien oublier de ce qu'on m'a demandé, et je vérifie que chaque chapitre correspond bien à ce qui était attendu et répond à tous les éléments contestés avant de passer au suivant.

Comme je me suis mis des notes en commentaires, c'est facile pour moi de vérifier que j'ai bien rempli le cahier des charges.

Cette étape est, pour beaucoup d'auteurs, un passage difficile. La question de "sacrifier" son texte, ou un truc comme ça... j'avoue que je le ressens peu/pas. Je suis en train de peaufiner mon texte, et je ne doute pas qu'il en sorte meilleur. La question de ce que je coupe ne m'atteint pas l'égo, si tant est que le mien soit pas en position fœtale derrière une poubelle ; ça fait longtemps que je l'ai pas croisé.

En fait, c'est une constatation très simple qui me gouverne: AUCUN texte que j'ai un jour modifié a été MOINS BIEN à la fin. Les coupes et réécriture ont TOUJOURS AMÉLIORÉ le texte. Toujours.

C'est sûr que parti de là, on a moins peur de trancher dans le vif.


Fin de cette étape et avant la suivante: Relecture attentive

Une fois cette étape terminée, je fais une relecture globale du texte (Ce qui n'est pas facile, parce qu'il y a des suivi de modifications partout, des trucs raturés et d'autres réécrits, je vous jure c'est la plaie) pour vérifier que je n'ai pas de demi-phrases pas terminée ou de trucs sans verbes, n'ayant aucun sens. (Et ça arrive, plein. Surtout à cause de ce qui est détaillé dans la précédente parenthèse). Puis, je passe à l'étape 3.



Personnellement, j'y crois très fort. 
Et je ne cesse jamais d'apprendre, ni d'accepter plus de taff précisément pour cette raison. 




Troisième passage de correction: le polissage


Durée: Courte - 2 à 3 jours

Détail des corrections effectuées: Légères

C'est l'heure des corrections de finition: suppression des adverbes toujours trop nombreux, correction orthographique à l'aide de mon bêta-lecteur attitré, redécoupage des paragraphe au besoin, musicalité des phrases... on est dans l'esthétique plus que dans le travail de fond. Je prend le temps de savourer le texte et de rectifier l'assaisonnement, quoi.

Fin de cette étape et envoie: Relecture attentive

Je relis comme si j'étais lecteur et que je découvrais le texte. A ce stade, je ne fais normalement plus de grosse modifications, mais si un truc pêche, je le mets en note pour l'éditeurice, pour qu'iel sache que je ne suis pas 100% à fond sur le passage incriminé. Et puis j'envoie.

Et si ça se trouve, il y a d'autres modifs et on remettra ça. Et ce sera pas grave.

"Hâtez vous lentement, et sans perdre courage
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage
Polissez-le sans cesse et le repolissez
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez"

Nicolas Boileau



Ceci est une métaphore visuelle. 
Sa pertinence est proportionnelle à mon degré de fatigue, je vous laisse seuls juges


Conclusion

Voilà! C'est comme ça que je bosse pour effectuer des corrections de roman. Comme toujours, il s'agit de ma méthode, et pas d'une règle générale, ou d'un chemin à suivre. L'important est de trouver ce qui vous correspond.

Et dans le cadre des corrections, attention: il est possible que vous ayez besoin de faire plusieurs passages en fonction de ce qu'en pense l'éditeurice avec qui vous travaillez.

Quoi qu'il en soit, j'espère que la lecture vous a plu, et on se retrouve bientôt pour de nouvelles aventures! 


Mélanie Guyard - Andoryss



Aucun commentaire:

Publier un commentaire